Le Séminaire de Lille sur pause

  • Mise en ligne : 18/03/2019
Logo web

P. Jean-Luc Garin, son supérieur répond à nos questions.

Lundi 4 mars 2019, un communiqué de Mgr Ulrich annonçait que le Séminaire de Lille, tout en restant ouvert, n'accueillera pas de nouvelles entrées en septembre 2019. Retour sur cette annonce avec son supérieur.

Pourquoi cette décision ?

En 2016, les évêques des 8 diocèses liés au Séminaire de Lille ont posé un acte de foi en décidant d’installer les séminaristes dans un nouveau lieu à taille humaine, plus ouvert sur la ville à partir de septembre 2018.

Entre temps, les nouveaux cadres de formation des séminaristes ont fixé une année de propédeutique(1) obligatoire, ce qui a retardé l’entrée des futurs séminaristes en septembre 2018. Par contre, cette année de “prépa” nous donne dorénavant plus de visibilité sur les futures entrées six mois avant septembre 2019. Au 4 mars, nous étions d’ores et déjà en mesure d’affirmer qu’il n’y aurait pas suffisamment d’entrées pour renouveler la communauté actuelle. Cette décision fut douloureuse, mais nous l’espérons, pas irréversible !

Quelle est la composition de la communauté actuelle ?

Les séminaristes sont 9 : 3 achèvent leur formation cette année et seront ordonnés prêtres ;  3 arriveront en dernière année, dite diaconale : ils seront la majeure partie du temps sur le terrain. Les 3 autres séminaristes en cours de formation rejoindront normalement le Séminaire d’Issy-les-Moulineaux, dont la communauté s’élève à 50 séminaristes.

Que devient l’équipe des formateurs ?

Une chose est sûre : nous n’avons pas prévu de nous ennuyer ! Notre première mission est d’accompagner les diacres en vue du presbytérat. Ils seront en insertion paroissiale dans leur diocèse. Les sessions de formation pastorale, entre deux périodes d’insertion, seront animées successivement à Metz et à Lille, avec 6 autres diacres.

Etes-vous inquiet quant à l’avenir ?

Non,ce n’est pas la première crise de croissance que traverse l’Eglise. Je pense qu’il nous faut repenser le ministère de prêtre diocésain avec un profil missionnaire, en tout cas nous nous y employons depuis plusieurs années. Il y a des choses à réinventer en prenant en compte tout le peuple de Dieu tout entier appelé à être disciple-missionnaire et à porter la mission. Les prêtres auront à soutenir cette conversion pastorale et missionnaire.

Dans une société de plus en plus sécularisée, il est difficile pour un jeune d’entendre l’appel de Dieu et de faire le pas d’y répondre ! D’autant plus que les séminaristes entrent de plus en plus tard au Séminaire et qu’ils quittent alors une vie bien établie, professionnelle, affective, pour reprendre 7 années d’études et dans un contexte où l’Eglise est dans la tempête ! Les séminaristes d’aujourd’hui forcent mon admiration, de par leur courage, leur persévérance, mais surtout leur foi dans le Christ.

La décision de mettre en pause le séminaire est douloureuse, mais notre vie communautaire est joyeuse, donnée et fraternelle !

Que fait-on pour susciter de nouvelles vocations ?

Dans le diocèse, une nouvelle équipe se met en route pour proposer un accompagnement à destination des jeunes. Et Mgr Ulrich va à la rencontre de tout le Peuple de Dieu dans le diocèse sur cette question des vocations : “Dieu appelle-t-il ou ou non ?”

Je crois qu’il nous faut susciter des sortes de “biotopes”. J’entends pas là des lieux de vie en collocation où des étudiants ou des jeunes professionnels pourront vivre leur foi de manière “intégrale”, grâce à la vie fraternelle respectueuse de l’environnement, la prière, la formation, le service des pauvres, et des expériences missionnaires. Il est difficile d’être chrétien dans ce monde, les jeunes ont besoin de se soutenir.

Que devient la maison rue princesse ?

Cela se décidera dans les semaines qui viennent, mais nous souhaitons qu’elle reste un signe fort et visible de l’épanouissement des vocations sur le diocèse, notamment des vocations particulières.

Un mot de fin ?

Cette année, nous aurons la joie de vivre l’ordination de Jean-Pierre Roussel, le 26 mai 2019, à 15h30 à la cathédrale de Lille. Apportons-lui notre soutien et nos prières. Et le 16 avril, lors de la messe chrismale, faisons peuple de Dieu pour partager notre joie de faire route ensemble à la suite du Christ et d’entendre les prêtres et diacres de notre diocèse redire “Oui” au ministère qu’ils ont reçu !

Propos recueillis par Marie Schockaert

  1. La propédeutique est l’année d'étude et de réflexion que font les futurs séminaristes de l'Église catholique pour préparer l’entrée au Séminaire.